Archives quotidiennes : 20 février 2016






Obésité et biomarqueurs


L’obestatine : La petite sœur de la ghreline

Un nouveau kit de dosage ELISA maintenant disponible !

Depuis quelques années, les études sur l’obésité ont permis l’identification de nombreux acteurs impliqués dans cette pathologie. L’un des principaux, la ghréline (voir notre article consacré à la grhéline), responsable de la prise de poids, voit son action contre-balancée par sa sœur jumelle : l’obestatine.

L’obestatine, baptisée ainsi (du latin obedere : dévorer et de statin : suppression) pour son action anorexigène, est un peptide de 23 acides isolé pour la première fois dans l’estomac de rat. Possédant une conformation secondaire en hélice alpha, l’obestatine est un peptide dérivé de la preproghreline et est produite par de nombreux tissus et organes tels que l’estomac, le pancréas, le tissu adipeux, les muscles squelettiques ou cardiaques.

Réduisant la prise alimentaire et le poids corporel, l’obestatine peut être considérée comme un peptide antidiabétique en influençant positivement le métabolisme du glucose et des lipides.

En outre, l’obestatine réduit l’apoptose et promeut la prolifération des cellules B et des îlots pancréatiques humains.

L’obestatine possède de nombreuses fonctions différentes. En effet l’obestatine pourrait avoir une fonction dans la régulation de la pression artérielle et sa concentration plasmatique augmente chez les patients hypertendus. Enfin l’obestatine jouerait un rôle dans la régulation de l’anxiété et de l’amélioration de la mémoire.

Toujours à l’écoute du milieu scientifique, Interchim déjà fournisseur de nombreux kits ELISA propose désormais un kit de dosage pour cette molécule. Fabriqué par Bertin Pharma, ce kit français de qualité est basé sur la technique ELISA de type sandwich.

Zoom sur le test ELISA type sandwich

Cette technique hautement spécifique consiste à piéger une protéine que l’on cherche à doser entre deux anticorps dirigés contre cette dernière mais reconnaissant des épitopes différents.

Concrètement, le premier anticorps est fixé sur un support, s’ensuit l’incubation de la protéine à doser. Enfin le deuxième anticorps vient reconnaître le complexe proteine / premier anticorps. L’ensemble sera révélé au moyen d’une réaction enzymatique.

Dans le cas présent, l’obestatine des échantillons à doser se lie à l’anticorps monoclonal déposé sur la plaque, puis sont détectés par un deuxième anticorps monoclonal marqué à la biotine également spécifique de l’obestatine. Le complexe immunologique (anticorps monoclonal-obestatine-mAb_biotine) est révélé par l’interaction entre la biotine et la streptavidine conjuguée à l’AChE (traceur).

L’AChE agit sur le réactif d’Ellman pour former un composé jaune. L’intensité de la couleur, qui est déterminée par spectrophotométrie, est proportionnelle à la quantité d’obestatine présente dans le puits au cours de la réaction immunologique.

obestatine_AChE_ reactif_Ellman_interchim_blog_0216source Bertin Pharma

Pourquoi utiliser comme enzyme de détection l’Acétylcholinestérase ?

L’AChE® offre différents avantages en regard des enzymes classiquement utilisées pour les kits ELISA :

  • Supériorité cinétique et haute sensibilité de détection
    Avec un turnover de 64000 sec-1, l’AChE® est environ 3 fois plus rapide que l’HRP ou la phosphatase alcaline, tout en présentant une sensibilité plus élevée.
  • Faible bruit de fond
    A la différence des autres substrats, l’hydrolyse non enzymatique de l’acétylthiocholine (substrat de AChE®) dans le tampon est quasi nulle ce qui confère au système AChE® un bruit de fond très faible et un rapport signal/bruit amélioré comparé aux autres enzymes.
  • Gamme dynamique étendue
    L’AChE® est une enzyme stable et son activité reste constante durant plusieurs heures. Ceci permet de tester des échantillons très dilués et très concentrés simultanément.
  • Adaptabilité
    La stabilité de l’AChE® est telle que, si une plaque venait à tomber accidentellement après distribution du substrat (réactif d’Ellman), un simple rinçage et rajout de substrat permettrait la poursuite des tests.

En savoir plus :